Le Sphinx II

- La première de ces galeries part derrière la tête du Sphinx et poursuit dans le corps sur une distance d'environ 5 mètres.
- La seconde, dans la queue, a environ 9 mètres de long.
- La troisième a été ouverte par M.-R. Baraize en 1926 et se trouve du côté nord. Tout indique que ces passages datent des temps pharaoniques mais leur raison d'être demeure inconnue.

¤ Giovanni Battista Caviglia trouva deux fragments de la barbe du Sphinx en 1817. L'un se trouve au musée du Caire et l'autre au British Museum.

¤ Afin de réfuter la thèse selon laquelle le sphinx possède les traits de Khéphren, John A. West fit appel au lieutenant Frank Domingo , expert de la police de New York, spécialisé dans la reconstruction de visages mutilés et incomplets. Domingo compara en détail le visage de la statue de Khéphren conservée au Musée du Caire avec les faciès du sphinx de Gizeh. Il conclut que les deux statues représentaient deux individus différents.Les égyptologues les plus conservateurs ont rejeté ses conclusions jugeant qu'elles n'avaient rien de scientifiques.

IV Stèle et sa légende

Entre les pattes du Sphinx, une stèle élevée par Thoutmosis IV commémore un événement légendaire. Alors qu'il chassait sur le plateau de Gizeh, le prince Thoutmosis, au Xvème siècle avant J.-C., s'endormit à l'ombre de la tête rocheuse, seule visible à l'époque, car la statue était ensablée. Le Sphinx lui apparut en songe pour lui prédire qu'il serait un jour roi d'Egypte et prier le prince de le dégager des sables envahissants. Plus tard, lorsqu'il monta sur le trône, Thoutmosis IV se souvint de la prédiction du Sphinx et fit dégager la statue. Puis elle fut de nouveau ensevelie dans les sables, jusqu'à ce que l'archéologue Maspero la tire complètement de l'oubli en 1886.

V Qui est le Sphinx ?

L'absence d'inscrïption sur ses parois a fait naitre une série de polémiques sur sa datation, sa nature et sa fonction.
Se dressant au coeur du désert, telle une sentinelle, il se tient, allongé devant la pyramide de Khéphren et veille imperturbablement sur le destin de l'Egypte. Son nom à lui seul est devenu synonyme de mystère. Il a inspiré plusieurs écrivains, historiens, poètes, philosophes, peintres, archéologues et théologiens. Dans le domaine de la fiction, on a donné au sphinx tous les rôles possibles, et on lui a prêté toutes les fonctions imaginables.

¤ Anthony West
Certains archéologues et chercheurs, tel Anthony West , après 20 longues années de travaux, lui attribuèrent un âge géologique remontant à plus de 8000 ans avant notre ère. Toutefois, l'archéologie officielle persiste à dater son édification à seulement 2500 ans avant J-C, durant le règne du roi Khéphren.

¤ Wallice Budge
Un conservateur du British Museum, Wallice Budge affirma à une époque ce qui semble aujourd'hui constituer une absurdité, que «Le sphinx était destiné à écarter les mauvais esprits aux alentours de la nécropole». Le sphinx ne porte aucune inscrïption susceptible de faciliter sa datation, si ce n'est une stèle érigée tardivement mise au jour en 1817 (voir plus haut).
La question est de savoir ce que le Sphinx pouvait représenter parmi les morts, alors que sa position privilégiée, dos aux pyramides et face au soleil, lui faisait contempler inlassablement la source de toutes les vies. Le sphinx était un symbole de lumière divine et donc de connaissance ultime. La double nature du sphinx symbolisait la dualité présente en chacun de nous.

¤ Selim Hassan
Concernant la datation du sphinx, l'égyptologue Selim Hassan qui mena en tant que sous-directeur du service des antiquités durant plus de 15 ans les fouilles les plus importantes, déclara que : «Hormis la ligne tronquée, aucune cartouche sur les 13 lignes que comprend la stèle ne fait mention ni ne relie le sphinx au pharaon Khéphren».

¤ Mark Lehner, Robert Bauval, Graham Hancock
Les découvertes récentes ont bouleversé bien des positions ancrées dans l'esprit des égyptologues. Mark Lehner , cité par les chercheurs Robert Bauval et Graham Hancock , déclara en 1992 «qu'il n'y avait aucun moyen de dater le sphinx, car il a été directement scuplté dans la roche naturelle» et que «rien ne pouvait affirmer avec certitude que le sphinx puisse avoir été taillé lors de la IV ème dynastie sous le pharaon Khéphren, car nous sommes confronté à une absence totale de texte allant dans ce sens».

¤ Le sphinx est la représentation de Khéphren

- Thèse : Beaucoup d'archéologues soutiennent encore la thèse (peu crédible) que le visage du sphinx serait celui du pharaon Khéphren.

- Réfutation :
. Or, de nombreuses analyses morphologiques ont démontré qu'il n'existait aucune similitude de traits entre les deux visages (cf plus haut). De plus, le sphinx fut restauré à maintes reprises et donc ne présente pas actuellement son visage originel. Il est probable que sa partie supérieure à l'effigie d'un visage pharaonique fut rajoutée sur le corps de l'animal, plusieurs siècles si pas plusieurs millénaires après sa réalisation.
. Un autre élément vient également remettre en question la thèse attribuant à Khéphren la réalisation du monument; ce sont les données géologiques nouvelles apportées par le chercheur américain indépendant, John Anthony West . Selon lui, même si l'ensemble monumental du site de Giseh semble avoir été conçu durant la même période, le sphinx n'a pas nécessairement été érigé en même temps. Il présente des érosions très importantes, différentes de celles présentes sur les monuments situés aux alentours. Elles font remonter son édification à plus de huit mille, voire plus de dix mille ans avant J-C.
. Le sphinx a subi des variations climatiques importantes et des pluies diluviennes dans des temps reculés et il est possible actuellement de calculer la durée nécessaire à l'érosion de la pierre. C'est le travail qu'à entrepris Anthony West qui s'est penché, avec le géologue Robert Schoch , en 1989, sur cet épineux problème. Les deux chercheurs sont arrivés à une série de conclusions qui ont bouleversé les théories officielles. La profondeur des sillons d'érosion prouve que le sphinx a subi de très importantes vagues de pluies et des averses continues à une époque bien antérieure à quatre millénaires avant J-C. Il pourrait s'agir du fameux déluge universel évoqué dans les mythes du monde entier.
Si cette hypothèse s'avérait confirmée, le monument aurait été édifié, non pas par les Egyptiens, mais par une brillante civilisation antérieure. Certains avancent à cet égard l'hypothèse du peuple atlante.
. Le célèbre historien arabe al-Makrizi qui vécut au XI ème siècle affirma que le monument possédait une cavité secrète dans laquelle avait été dissimulée une coupe ayant appartenu à Salomon , fils de David . Beaucoup s'accordent à penser qu'il existerait bien une chambre souterraine sous le monument, comme en témoigne la stèle de Thoutmosis puisqu'elle le montre surplombant une sorte de palais à colonnes. Au cours d'une restauration, des archéologues égyptiens sous la direction de Zahi Hawass ont mis au jour, au niveau du sol et sur le côté Nord, une galerie menant à une cavité, peut-être celle évoquée par al-Makrisi . Malheureusement, elle s'est avérée complètement vide.

VI Le colosse est une horloge

L'immense colosse de pierre, telle une aiguille fixée dans le sol, était le centre d'un cadran solaire, une sorte d'horloge cosmique orientée plein Est. Le mouvement de son ombre indiquait l'heure locale mais aussi l'heure universelle du temps, celle du grand cycle appelé «précession des équinoxes», marquant le passage du Soleil dans les douze signes du zodiaque, passant successivement 2160 années dans chaque signe. Le sphinx, avec son corps léonin, fut peut-être érigé pour témoigner du passage du Soleil dans le signe du Lion, ce qui porterait alors sa construction aux environs de - 10 000 ans avant J-C.
C'est ce que pense l'archéologue Robert Bauval qui affirme avoir brisé le code astronomique caché dans l'alignement des trois Pyramides de Giseh. Grâce à une étude poussée, aidée en cela par des moyens informatiques des plus performants, il découvrit que l'implantation des pyramides projetait sur terre une image parfaite et précise de la constellation du Baudrier d'Orion (=dieu Osiris), telle qu'elle se présentait en 10 050 avant notre ère.

VII Légendes

¤ Beaucoup de légendes, dont certaines remontent à l'Antiquité, proclament l'existence de passages secrets sous le Sphinx. Le capitaine Giovanni Battista Caviglia , explorateur italien qui fouilla le Sphinx en 1817, espéra vainement y découvrir une gallerie qui conduirait à la pyramide de Khéphren.

¤ Suivant un mythe plus récent, le Sphinx serait le seul vestige d'une civilisation développée mais, à part cela, perdue pour les archéologues. D'aucuns croient que des témoignages de cette civilisation gisent sous la patte droite du Sphinx mais nulle donnée ne vient soutenir cette idée.

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site